La privatisation en France

La privatisation en France

En tant que futurs actifs au sein de la société, il semble important pour les nouvelles générations, si ce n’est de répondre aux défis de notre époque, de s’interroger du moins quant aux évolutions prises par la société.

À l’issue de la formation, les diplômés de ma promotion seront amenés à faire différents choix de carrières qui les amèneront ou non à travailler pour des grands groupes internationaux, parfois en conflit avec la sensibilité et l’éthique de chacun ou dont les prises de positions politiques divergeront de leurs propres convictions personnelles. Alors qu’on assiste aujourd’hui à un mouvement de recul de l’ingérence de l’État dans les affaires courantes, je trouvais essentiel de m’intéresser à la privatisation. Ma réflexion a été sous-tendue par la privatisation de la Française des Jeux, avec en guise de fils d’Ariane les crises sociales de ces derniers mois symbolisées par les mouvements des Gilets jaunes, les récentes vagues de protestations, dernièrement la réforme des retraites, la montée d’une apathie politique, l’ensemble nourri par mes discussions avec différents acteurs de la vie politique, économique et sociale.

Ma compagne est allemande, ma « carrière » est anglaise et ma famille française. Je vis donc à la jonction entre trois cultures qui ont fait des choix différents en termes de privatisation. Avec différentes conséquences et différents regards portés par le public. Au cours de nombreux échanges, très rapidement, l’idéologie refait surface et le débat se cristallise. Démarche aussi difficile soit-elle, j’avais envie d’aborder le sujet d’un œil différent et apaisé.

L’essai s’articule en trois parties. La première entend faire le constat des effets de la privatisation sur la société française. Notamment en faisant le bilan de la privatisation au cours de ces dernières décennies tant sur les faits que sur les ressentis humains et sociaux. La seconde partie fait part des craintes exprimées par les opposants à la privatisation en montrant que les écueils passés interrogent sur la capacité des décisionnaires à prendre des décisions pertinentes tout en restreignant les tentatives, actuelles ou futures, de libéralisation du marché français. La troisième et dernière partie enfin tente de sortir du clivage en montrant que la valorisation des privatisations est possible. Notamment par la définition et la mise en œuvre d’opportunités nouvelles, terreau profitable à l’émergence de l’économie de demain.

Nombre de pages : 12

Rupture de stock

Catégorie :

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La privatisation en France”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *